magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
SPORTS
Régionaux
Phoenix de Sherbrooke
SPORTS / Régionaux
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Vendredi, 11 janvier 2019

Les yeux rivés sur les JO de 2024



 Imprimer   Envoyer 
Sarah-Jeanne Meunier-Bédard (droite) garde les yeux rivés sur les JO de 2024 (crédit photo: MGB4 Photography).

Au cours de la dernière année, la volleyeuse Sarah-Jeanne Meunier-Bédard a vécu une gamme d'émotions et d'expériences à l'international avec l'équipe canadienne de volleyball de plage. De retour à Sherbrooke, elle compte contribuer au succès du Vert et Or, mais aussi, continuer sa préparation individuelle pour les Jeux olympiques de 2024.

L'athlète du Vert et Or de l'Université de Sherbrooke, Sarah-Jeanne Meunier-Bédard, a découvert un niveau de jeu relevé avec l'équipe nationale de volleyball de plage l'année passée. « On est allé beaucoup à l'étranger; psychologiquement, ce n'est pas la même chose que de jouer dans un gymnase, précise la jeune femme de 23 ans. La réalité, c'est qu'on était seule et on devait s'organiser. »

« Ça prend beaucoup d'autonomie, poursuit-elle. On n'est pas encadré de A à Z dans notre vie. C'est un sport qui demande d'être capable de s'autogérer. Les compétitions sont à nos frais quand on se déplace et qu'on va à l'étranger. Il faut donc apprendre à faire notre calendrier de compétitions en fonction de ce budget-là. Que ce soit ici ou à Toronto, c'est quelque chose qu'on travaille de plus en plus. »

Après avoir déménagé à Toronto en janvier 2018 pour concentrer son énergie avec Volleyball Canada, la Sherbrookoise d'adoption a décidé avant les Fêtes de revenir avec le Vert et Or une autre saison, tout en continuant son entraînement pour le volleyball de plage.

« J'ai beaucoup d'entraînements individuels en ce moment, souligne Meunier-Bédard. La vibe de travailler en équipe et d'avoir d'autres personnes autour de moi me manquait. D'ici le début de notre cycle olympique en 2020, ma partenaire [Hélène Rancourt] et moi avons pris la décision de travailler sur certains aspects individuellement, chacune de notre côté, dans le but de faire progresser l'équipe. On s'organise quelques fois par mois afin de nous entraîner ensemble. »

Même si elle ne s'entraîne plus à Toronto, Sarah-Jeanne Meunier-Bédard continuera de faire des compétitions à l'international puisqu'elle est considérée comme une athlète de l'équipe canadienne, bien qu'elle n'ait pas le droit à son brevet.

« La façon que ça fonctionne avec l'équipe nationale, c'est qu'il faut être au centre d'entraînement à temps plein à Toronto pour avoir les brevets liés à Sport Canada, remarque celle qui étudiait en enseignement, mais qui a décidé de se réorienter vers la psychologie. En revenant à Sherbrooke, je n'avais plus le droit à mon brevet. Par contre, ça fait deux ans qu'il y a le centre affilié de l'équipe nationale de volleyball de plage, qui est surtout orchestré par Volleyball Québec. Ce qui fait en sorte que je suis une athlète de l'équipe nationale et que j'ai le droit de m'entraîner au Québec parce qu'on a des entraîneurs qualifiés. »

De bons mentors

Depuis un bon moment déjà, Annie Martin, ancienne Olympienne, et son conjoint Vincent Larivée, entraînent Sarah-Jeanne Meunier-Bédard afin de l'aider dans son cheminement pour l'atteinte des Jeux olympiques de 2024.

« Je suis vraiment chanceuse de les avoir, note l'athlète. Quand j'ai pris la décision de déménager, ils m'ont beaucoup guidée et supportée là-dedans. C'est le fun d'avoir quelqu'un, peu importe où tu es, qui va t'aider dans les choix que tu fais. Ils sont de bons mentors pour moi, autant au niveau psychologique que sur le terrain. »

Après une discussion avec ses deux entraîneurs, Meunier-Bédard a trouvé un compromis pour s'aligner de nouveau avec le Vert et Or, mais aussi pour continuer sa carrière de volleyeuse de plage.

« J'avais un petit pincement au cœur quand j'allais voir les matchs [du Vert et Or], sachant que je pouvais participer, mais que j'avais d'autres engagements ailleurs, se rappelle-t-elle. J'ai demandé de rencontrer Annie et je lui ai parlée de mon processus et où je voulais m'en aller. Elle et son conjoint étaient très enchantés de pouvoir contribuer à mes objectifs et mon projet. »

Avec l'équipe canadienne, la volleyeuse a gagné beaucoup en maturité et elle souhaite apporter son expérience au Vert et Or dès l'automne prochain. « Ça fait quelques semaines que je m'entraîne avec l'équipe et ça m'apporte beaucoup, » souligne-t-elle.

Fière de son parcours avec le Vert et Or - où elle estime s'être bien développée - et de sa sélection sur l'équipe canadienne de volleyball de plage, Sarah-Jeanne Meunier-Bédard garde les yeux rivés sur les JO de 2024.

« Je me donne deux ans pour qu'à l'été 2020, je puisse me concentrer à 100 % sur le volleyball de plage. Je veux aussi faire plus de compétitions pour pouvoir me qualifier avec ma coéquipière. Pour le moment, on va aller prendre de l'expérience à l'international pour qu'en 2024, on soit prêtes pour les grands jeux », conclut-elle avec enthousiasme.

 

Crédit première photo dans le texte: FIVBVolleyball

Crédit deuxième photo dans le texte: Roger Lauzon, Volleyball Québec


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Jean-François Joncas confirme son retour avec les Cougars

Jean-François Joncas confirme son retour avec les Cougars
Nouveau visage pour le Novice-O-Rama!

Nouveau visage pour le Novice-O-Rama!
NOS RECOMMANDATIONS
200 étudiants recherchés pour travailler à la Ville

200 étudiants recherchés pour travailler à la Ville
Ils volent un portefeuille et retirent 2 000 $

Ils volent un portefeuille et retirent 2 000 $
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Priorité Emploi Estrie Coaticook 18 janvier 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
magasingeneral.com
 
Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND. A.
Vendredi, 18 janvier 2019
2019, l’année « vegan »?

Sarah Jitten
Jeudi, 17 janvier 2019
Lingerie made in Québec pour la Saint-Valentin!

William Lafleur
Mercredi, 16 janvier 2019
Flexibilité ou mobilité ?

Alexis Jacques
Mardi, 15 janvier 2019
L’art du bonheur

François Fouquet
Lundi, 14 janvier 2019
Le goût de l’optimisme

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Condo et vice caché Par Me Michel Joncas Jeudi, 10 janvier 2019
Condo et vice caché
Lac Memphrémagog: nouvelle étude sur la pêche sportive Par Vincent Lambert Vendredi, 11 janvier 2019
Lac Memphrémagog: nouvelle étude sur la pêche sportive
Collision coin Belvédère et King: chaque conducteur jure que sa lumière était verte Par Cynthia Dubé Lundi, 14 janvier 2019
Collision coin Belvédère et King: chaque conducteur jure que sa lumière était verte
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous