Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
20°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Restaurant Auguste
ACTUALITÉS / Estrie
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Jeudi, 4 janvier 2018

Toto, le barbier de la Bowen Sud



 Imprimer   Envoyer 
Natif d’Acton Vale, Toto s’est installé à Sherbrooke le 15 mai 1969 à l’âge de 22 ans après avoir travaillé un peu à Drummondville et Montréal.

Depuis 49 ans, Toto le barbier voit la porte de son salon ouvrir et fermer sans arrêt sur la rue Bowen Sud. C'est avec un sourire au visage et beaucoup d'humour qu'il accueille ses clients et amis de longue date pour une coupe de cheveux.

Il est environ 10 h, et Toto a déjà ses instruments de barbier dans les mains pour faire une beauté à l'un de ses nombreux clients réguliers. Le salon n'est pas bien grand, mais il a tout pour être chaleureux. Depuis près de 49 ans, Toto ne prend pas de rendez-vous, mais il voit la porte de son salon ouvrir et fermer sans arrêt sur la rue Bowen Sud.

Natif d'Acton Vale, Toto s'est installé à Sherbrooke le 15 mai 1969 à l'âge de 22 ans après avoir travaillé un peu à Drummondville et Montréal. Au fil des années, plusieurs amitiés se sont formées et il a taillé les cheveux de bien des générations. Sourire au visage, il aime raconter ses histoires et faire rire les gens. Il a la parole facile, et c'est ce qui rend son salon authentique.

« J'aime beaucoup parler, explique-t-il en travaillant. C'est ma nature et j'ai toujours été proche des gens. Il faut avoir une bonne façon. On ne fait pas ça pour l'argent, on fait ça pour rendre service. »

Entre les téléphones et sa coupe de cheveux, Toto confie qu'il n'a jamais bien aimé l'école, mais le métier de barbier lui semblait amusant lorsqu'il était gamin. « Quand j'allais à l'école, je trouvais que le barbier Jetté avait l'air si heureux à parler avec les gens dans le carré du village d'Acton, indique-t-il en souriant. Je me suis dit que ce métier pourrait être bien. Je suis donc allé suivre mon cours de barbier à l'âge de 19 ans en 1966. »

Depuis, Toto a vu l'histoire circuler sur la rue Bowen Sud et si à l'époque, une quinzaine de barbiers se partageaient la clientèle dans le secteur, aujourd'hui, la relève n'est pas en ascension. « Il n'y a pas vraiment de relève pour ce métier, explique le barbier bien connu à Sherbrooke. Oui, le plaisir est là, mais c'est difficile physiquement. »

Un endroit pour avoir du plaisir

Les clients et amis de Toto sont nombreux à s'asseoir dans la chaise du barbier. Plusieurs font affaire avec lui depuis le début. Pour eux, c'est une occasion de parler de tout et de rien, de se remémorer le bon temps et de se retrouver entre chums pour rire de bon cœur.

« Mes clients ne sont pas pressés, ils sont à leur retraite, donc ils n'ont rien à faire, éclate de rire Toto. Même quand j'ai fini avec eux, il reste avec moi. Certains entrent à 10 h et repartent vers 13 h. C'est une sorte de gros party. »

La coupe de son client est presque terminée et voilà qu'un autre ami entre dans le salon pour se faire enlever également une épaisseur sur la tête. Café à la main, le client écoute les paroles de Toto avant d'ajouter : « Il faut être patient, car tu sais quand tu rentres, mais tu ne sais jamais quand tu sors », remarque-t-il en riant. « On a du fun quand on vient ici, ajoute-t-il. C'est une ambiance amicale et on aime se taquiner. »

Aujourd'hui, la coupe de barbe est moins populaire que la coupe de cheveux, mais cela n'empêche pas Toto d'être toujours aussi occupé. Lorsqu'il n'est pas à son salon, le barbier aime pêcher, chasser et faire du camping. Est-ce que le moment de la retraite approche? Pas encore, affirme Toto.

« Je souhaite faire ce métier jusqu'à ce que mon corps en soit capable, admet-il. Je vis seul et je viens ici pour m'amuser. La rue Bowen, c'est ma vie, ma passion. J'ai fait ça toute ma vie et ça me garde actif et ça passe le temps. »

La coupe de cheveux terminée, le client de longue date laisse la chaise au prochain, qui lui aussi est un habitué de la place. Toto recommence, les outils de barbier à la main, à tailler les cheveux en racontant des histoires et en taquinant avec humour son ami de longue date.


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
SAQ: les employés en grève, les succursales fermées

SAQ: les employés en grève, les succursales fermées
Disparition de Michaël Fortin-Turcotte

Disparition de Michaël Fortin-Turcotte
NOS RECOMMANDATIONS
Un premier baptême pour Fred Fortin

Un premier baptême pour Fred Fortin
Meurtre au centre-ville: deux hommes arrêtés

Meurtre au centre-ville: deux hommes arrêtés
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Remise Gagnon
 
Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Vendredi, 20 juillet 2018
La crème solaire, bonne ou mauvaise pour la santé?

Sylvie Roy
Jeudi, 19 juillet 2018
« C’est pas juste! »

Daniel Nadeau
Mercredi, 18 juillet 2018
La célébration du ballon rond!

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 20 juillet 2018
Club de Golf Milby 27 mai 2018
Invasion à domicile dans l’est de la ville Par Cynthia Dubé Mercredi, 18 juillet 2018
Invasion à domicile dans l’est de la ville
Encore des récalcitrants du cellulaire au volant Par Cynthia Dubé Jeudi, 19 juillet 2018
Encore des récalcitrants du cellulaire au volant
Transmettre le bonheur une chanson à la fois Par Vincent Lambert Vendredi, 20 juillet 2018
Transmettre le bonheur une chanson à la fois
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous