magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bandes riveraines: délai repoussé pour se conformer à la règlementation
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CULTURE & ÉVÉNEMENTS / En vedette
Anita Lessard Par Anita Lessard

Jeudi, 6 août 2020

Tenir le Salon du livre? La réflexion est en cours



 Imprimer   Envoyer 
photo tirée page Facebook du Salon du livre de Sherbrooke

Suite au feu vert donné pour la tenue de festivals et d'événements hier, plusieurs organisations se questionnent sur la possibilité de tenir leurs activités avec un si court délai pour s'y préparer.

C'est le cas de l'équipe qui travaille à l'élaboration du Salon du livre de l'Estrie. Malgré la réception positive générée par l'annonce, le nombre de personnes admises demeure problématique pour que le salon soit en mesure de faire ses frais. « À l'instar des autres événements, pour cette année c'est trop peu, trop tard pour le salon dans sa forme actuelle. Juste en artisans, c'est 450 auteurs qui sont présents, près de 400 éditeurs invités et exposants. Ce n'est physiquement pas possible », explique Émilie Pinard, Directrice générale du Salon du livre de l'Estrie.

Elle fait aussi remarquer que ces quatre mois à l'arrêt, et à attendre que les lignes directrices de la Santé publique soient connues pour le milieu, ont grandement retardé la planification de cet événement phare de l'automne en Estrie. « C'est là où se construit une grosse portion du travail. Cela dit en ce moment on explore plusieurs options. Compte tenu du fait que la responsabilité de la sécurité des gens et du respect des directives sanitaires incombe maintenant aux événements et festivals, on va regarder plus pour investir des lieux qui sont déjà organisés en ce sens-là. » Émilie Pinard se réjouit toutefois de savoir qu'il sera possible de tenir une version ‘'réinventée'' du SLE, chose qui semblait impossible il y a quelques semaines à peine.

Le choix des lieux aura donc un impact sur la forme que prendra la programmation cet automne. «Il y a toute une réorganisation du montage financier à faire. Une grosse part de nos revenus autonomes vient de la location de kiosques par les éditeurs, et d'autre part, avec les droits d'entrée. Il y a les cachets d'auteurs qu'il faut assumer; il y a la logistique et la technique, d'où l'intérêt de salles qui ont déjà l'équipement en place, et qui ont déjà calculé l'espace pour recevoir un public », fait valoir Mme Pinard. Tous les scénarios seront envisagés pour avoir l'adhésion des partenaires du salon. L'équipe tient à offrir un produit, certes plus modeste, mais d'une grande qualité pour un public qui a su être au rendez-vous ces quatre dernières décennies.

« Quand on travaille dans l'événementiel, on est beaucoup dans l'expérience. On n'est pas juste dans l'acte de consolider un spectacle ou un événement, on est là pour que le visiteur VIVE une expérience; c'est ce qui nous différencie avec le numérique ou le virtuel. Avec des mesures comme celles-là, ça va prendre un tout autre sens. »

Reste à savoir si les maisons d'édition lèveront la main lorsqu'arrivera la demande. La pandémie leur a porté un dur coup ces derniers mois. « Le milieu du livre en arrache; il y a des hémorragies un peu partout, et ce dans à peu près tous les maillons de la chaîne de leur écosystème », observe Émilie Pinard. « Certains ont dû retarder des publications, les imprimeries étant fermées. Leurs calendriers sont bouleversés. Il y en a qui sont prêts à s'impliquer; ils seront là, mais pas dans le même état d'esprit qu'à l'habitude. »

Idem pour les auteurs pour qui les salons littéraires sont des vitrines importantes pour leur offrir une visibilité et un contact inestimable avec le lectorat. La tournée des milieux scolaires est un autre moment privilégié qu'il faudra repenser pour cette édition. La rentrée risque d'amener son lot de défis pour le corps enseignant, et les visites culturelles ne feront probablement pas partie des activités priorisées.

Émilie Pinard demeure tout de même optimiste mais se dit lucide quant à la tenue d'une 42e édition du Salon du livre de l'Estrie.


Hyundai Sherbrooke sept 2020
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Une programmation éclatée pour le Rendez-vous d’Howard

Une programmation éclatée pour le Rendez-vous d’Howard
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
Café William Spartivento septembre 20
NOS RECOMMANDATIONS
La croisade de Diane Roy

La croisade de Diane Roy
Des proches aidants se racontent...

Des proches aidants se racontent...
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique sept 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Café William Spartivento septembre 20
 
François Fouquet
Lundi, 21 septembre 2020
Non, non…en quelques mots seulement!

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Concours  Vieux-Clocher Phil Roy sept 2020
Des proches aidants se racontent... Par Daniel Campeau Dimanche, 20 septembre 2020
Des proches aidants se racontent...
Sur le fil... à La semaine des 4 Julie Par Anita Lessard Mardi, 22 septembre 2020
Sur le fil... à La semaine des 4 Julie
50 personnes et moins dans les lieux de culte: la décision de Québec décriée Lundi, 21 septembre 2020
50 personnes et moins dans les lieux de culte: la décision de Québec décriée
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous