magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-3°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
OPINIONS / Opinions
Guillaume Rousseau Par Guillaume Rousseau

Lundi, 8 janvier 2018

Salaire minimum à 15 $ de l’heure: plus de pour que de contre



 Imprimer   Envoyer 
Toutefois, une hausse aussi importante peut présenter des inconvénients, surtout si elle est mise en place rapidement.

La Fédération des travailleurs et travailleurs du Québec (FTQ) a profité de ce début d'année pour relancer l'idée d'hausser le salaire minimum à 15$ de l'heure... et pour dénoncer les organisations patronales qui s'y opposent. Que doit-on penser de cette idée ?

À partir du moment où elle est portée par la FTQ, une fédération syndicale réputée pragmatique, il devient clair que l'idée d'hausser le salaire minimum à 15$ de l'heure est devenue une revendication soutenue par une large portion de la société civile, allant bien au-delà des seuls groupes de défense des démunis. Et c'est normal, puisque plusieurs juridictions ayant une économie comparable à celle du Québec vont ou iront de l'avant avec une telle hausse, qu'on pense à l'Ontario.

Les raisons de cette hausse sont bien connues : il s'agit de combattre la pauvreté, entre autres celle touchant les femmes et les jeunes qui sont nombreux à travailler au salaire minimum, mais aussi de stimuler l'économie locale. En effet, l'économie locale et plus largement nationale est souvent mieux servie lorsque l'argent est dirigé vers des personnes à faible revenu, qui dépensent leurs sous en produits et services de première nécessité (loyer, épicerie, etc.), plutôt qu'à des personnes à haut revenu, qui sont plus nombreuses à placer leur argent dans des paradis fiscaux ou à la dépenser lors de voyages à l'étranger. D'où l'intérêt de s'assurer que l'argent des entreprises se retrouve davantage dans la poche des travailleurs, plutôt que dans celle des actionnaires, en haussant le salaire minimum à 15$ de l'heure.

Toutefois, une hausse aussi importante peut présenter des inconvénients, surtout si elle est mise en place rapidement. Si elle a pour effet de diriger plus d'argent vers les travailleurs et moins vers les actionnaires et leurs entreprises, elle peut diminuer les investissements susceptibles de créer des emplois. Surtout si elle a un effet d'entraînement sur des salaires situés au-dessus, une augmentation du salaire minimum peut favoriser l'inflation et donc la hausse des prix pour les consommateurs.

On imagine facilement que certaines entreprises refileront le coût de la hausse du salaire minimum à leurs clients plutôt que de diminuer les dividendes de leurs actionnaires. Et d'autre part, il y a des employeurs ayant des employés au salaire minimum, par exemple des organismes à but non lucratif, qui n'ont pas de dividendes à couper et qui de ce fait n'auront pas le choix d'hausser le coût de leurs produits et services ou de couper les heures de leurs employés. Ayant déjà co-dirigé un tel organisme, je peux vous garantir que cet exemple n'est pas que théorique.

Au final, les inconvénients possibles d'une hausse du salaire minimum à 15$ dépassent-ils ses avantages ? Sans doute que non, car le taux de chômage et l'inflation étant assez bas, le contexte actuel fait que ces inconvénients ne sont pas aussi graves qu'ils ne le seraient dans un autre contexte. Mais un gouvernement qui irait de l'avant avec une telle hausse devrait tout de même être prudent. Le coût de la vie étant moins élevé au Québec qu'en Ontario, il ne serait pas nécessaire de parvenir à 15$ de l'heure aussi rapidement ici que dans la province voisine. Et il faudrait s'assurer que la hausse soit bénéfique non seulement à Montréal, où le coût de la vie est plus élevé, mais aussi dans les autres régions, comme l'Estrie, où il est plus bas.

Enfin, des mesures gouvernementales devraient être prévues pour aider les petites entreprises et les organismes à but non lucratif ayant des employés au salaire minimum à faire face à cette hausse.

 

Guillaume Rousseau, avocat et professeur agrégé à la Faculté de droit de l'Université de Sherbrooke.

 

 


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Enquête policière pour un incendie à Magog

Enquête policière pour un incendie à Magog
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?
NOS RECOMMANDATIONS
Martin Coiteux visite des entreprises à succès à Magog

Martin Coiteux visite des entreprises à succès à Magog
Un nouveau visage à la Fondation Cégep de Sherbrooke

Un nouveau visage à la Fondation Cégep de Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
magasingeneral.com
 
Rosemarie Lacroix
Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

François Fouquet
Lundi, 15 janvier 2018
Apprécier quoi, au juste?

Léandre Lachance
Mardi, 9 janvier 2018
Est-ce un problème que je peux changer ?

The Barr Brothers
24 heures pour se découvrir! Par Sarah-Eve Desruisseaux Jeudi, 11 janvier 2018
24 heures pour se découvrir!
Martin Coiteux visite des entreprises à succès à Magog Par Cynthia Dubé Jeudi, 11 janvier 2018
Martin Coiteux visite des entreprises à succès à Magog
Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke Par Cynthia Dubé Lundi, 15 janvier 2018
Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous