Radio-Canada - Par Ici l'info
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
16°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Ça se passe en Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Radioactif Forfait Internet mai 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Mercredi, 13 juin 2018

Possibilité de grève dans les SAQ



 Imprimer   Envoyer 
Quelque 200 personnes ont brandi drapeaux et trompettes pour appuyer les membres du Syndicat des employés de magasins et de bureaux de la SAQ, toujours sans convention collective depuis le 31 mars 2017.

Après 16 mois de négociation, les membres du Syndicat des employés de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ) n'ont toujours pas trouvé un terrain d'entente avec la société d'État. Une manifestation a eu lieu ce midi à l'angle des rues Grandes-Fourches et King Ouest.

Quatre autobus scolaires remplis de militants de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) se sont arrêtés vers 12 h 30 aujourd'hui - dans le cadre du 27e congrès de la FEESP - CSN - à la succursale SAQ de la rue King Ouest à Sherbrooke. Quelque 200 personnes ont brandi drapeaux et trompettes dans le stationnement pour appuyer les membres du Syndicat des employés de magasins et de bureaux de la SAQ, toujours sans convention collective depuis le 31 mars 2017.

« Aujourd'hui, on vient appuyer notre négociation, a indiqué Katia Lelièvre, présidente du Syndicat des employés et de magasins de bureau de la SAQ. On négocie depuis 16 mois et les choses n'avancent pas à la table de négociations. On est encore sur le normatif avec les points cruciaux de notre convention qui sont les horaires des employés réguliers et la précarité des temps partiels. On a 70 % des gens qui sont à temps partiel. On essaie d'avoir des garanties d'heures et l'employeur veut les précariser encore davantage. Pour nous, ça n'a pas de bon sens. »

Lors de la manifestation, une présence policière était sur place. Devant l'entrée de la SAQ, on pouvait entendre : « On avance, on ne recule pas! » Aucun débordement n'a eu lieu, mais certaines personnes qui se trouvaient à l'intérieur ont dû sortir du bâtiment. D'autres manifestations pourraient d'ailleurs prendre forme dans la province si l'employeur ne réévalue pas ses demandes.

« Il n'y a personne qui fait une grève parce que ça lui tente, a remarqué Katia Lelièvre. Quand les travailleurs disent qu'ils vont se priver de salaire, c'est parce qu'ils ont des raisons et qu'ils sont indignés des offres de l'employeur. On ne veut évidemment pas que ce soit fait dans le chaos. On voudrait que ça se passe bien, tout comme avec la clientèle. »

Possibilité de fermeture

Tout comme en 2004, une grève pourrait prendre place dans les prochaines semaines. Advenant un vote en faveur d'une telle situation, les succursales SAQ pourraient fermer pendant un minimum de six jours.

« On est actuellement en consultation auprès de nos membres pour aller chercher un vote de six jours de grève, a précisé Mme Lelièvre. Nos assemblées générales sont quand même longues puisqu'on a 400 milieux de travail répartis dans la province. On verra si les magasins fermeront pendant six jours continus ou de manière sporadique. Tout dépend de ce qui se passera à la table de négociations. »

Le résultat du vote de grève devrait sortir le 22 juin prochain. Il y a près de 14 ans, les SAQ se retrouvaient dans une situation similaire avec des enjeux qui étaient presque les mêmes. Certains citoyens avaient appuyé le mouvement alors que d'autres, non. « On espère que les gens appuieront notre mouvement parce qu'ils connaissent de plus en plus les conditions de travail des employés de la SAQ, a commenté Mme Lelièvre. Il y a quand même des mythes qui demeurent. Les gens pensent que parce qu'on travaille à la SAQ, on a des salaires de fou et des conditions de travail dignes d'un PDG, ce qui n'est pas le cas. »

Le regroupement des travailleurs syndiqués est prêt à faire un compromis sans toutefois reculer. « L'employeur demande à ce que les réguliers travaillent davantage la fin de semaine, a souligné Mme Lelièvre. On dit de notre côté qu'on peut travailler une journée la fin de semaine. On a 58 % de nos réguliers qui le font. On est présentement à un point où on essaie de ne pas reculer. On a offert à l'employeur le statu quo plus 2 % et il refuse. C'est vraiment l'employeur qui est en demande sur nos conditions actuelles. Il veut faire reculer à peu près tous les articles de notre convention. »

D'ici le vote de grève, les succursales SAQ demeureront ouvertes à la clientèle. « La société d'État va complètement à l'encontre de la conciliation travail-famille prônée par le gouvernement Couillard », a conclu Mme Lelièvre.


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Ils volent et prennent la fuite

Ils volent et prennent la fuite
Distraction au volant : principale cause de collisions

Distraction au volant : principale cause de collisions
NOS RECOMMANDATIONS
Le plus gros événement de hockey-balle en ville

Le plus gros événement de hockey-balle en ville
Ils volent et prennent la fuite

Ils volent et prennent la fuite
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Electro-5 Recyclage Ecoresponsable
 
Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 21 septembre 2018
Mythes et réalités (partie 2)

Me Michel Joncas
Jeudi, 20 septembre 2018
Bière et tout-terrain

Daniel Nadeau
Mercredi, 19 septembre 2018
Voter autrement pour gouverner autrement…

William Lafleur
Mercredi, 19 septembre 2018
Plus fort que le café

Priscilla Boutin
Mercredi, 19 septembre 2018
La tendance est aux couleurs!

Jacinthe Dubé
Hyundai Sherbrooke
De la recherche financée par des professeurs Par Vincent Lambert Lundi, 17 septembre 2018
De la recherche financée par des professeurs
Le plus gros événement de hockey-balle en ville Par Vincent Lambert Jeudi, 20 septembre 2018
Le plus gros événement de hockey-balle en ville
Le hockey, de père en fils Par Vincent Lambert Jeudi, 20 septembre 2018
Le hockey, de père en fils
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous