Cogeco  Rythme FM - automne 2019
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Station Vacances 2019
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 14 octobre 2015

La question de l'urne



 Imprimer   Envoyer 

Enfin! Nous y sommes. Dans moins d'une semaine, nous irons aux urnes nous choisir un nouveau gouvernement. La campagne a été palpitante. Elle fut la plus longue de l'histoire du Canada, mais aussi l'une des plus intéressantes. Nous devons maintenant choisir pour lequel des partis ou des chefs nous allons voter.

Pendant cette lutte électorale de tous les instants entre les différents partis, on a eu droit à de nombreux sondages et on a beaucoup parlé de vote stratégique. Si ces questions étaient si importantes, c'est que la vraie question de cette élection est relative à la volonté fortement majoritaire des Québécoises et des Québécois de se débarrasser du gouvernement conservateur de Stephen Harper. La question de l'urne, la question que vous vous poserez avant de faire votre marque sur le bulletin de vote est, quel est le meilleur parti ou le meilleur candidat qui permettra de nous débarrasser du gouvernement de Stephen Harper? Question simple, mais réponse complexe.

Cela se complique davantage par le fait élémentaire que la question de l'urne au Canada n'est pas la même. Chez nos compatriotes du Canada anglais, la question de l'urne est plutôt sur le meilleur véhicule de changement. Le parti libéral de Trudeau ou le NPD de Tom Mulcair?

Quoi qu'il en soit, comme on le dit en politique, « le jello semble pas mal pris ». Les choix sont faits, il ne reste qu'à les faire connaître.

Se débarrasser du gouvernement Harper

J'ai consacré de nombreuses chroniques dans Estrieplus à dire tout le mal que je pensais du gouvernement Harper. J'y ai souvent dénoncé la « harperisation du Canada ». J'ai déploré la politique étrangère guerrière du Canada, les politiques antisociales du gouvernement de Stephen Harper, le caractère voyou de ce gouvernement en matière d'environnement, son parti pris pour une société de Loi et d'ordre au détriment d'un code criminel faisant place à la réadaptation, le penchant du gouvernement réformiste de Stephen Harper pour la monarchie et le mépris d'Harper pour la science, nos institutions parlementaires et la Cour Suprême du Canada. La cause est entendue depuis longtemps pour moi et j'ose espérer que cela est largement partagé par mes compatriotes du Québec et du Canada. Battre Stephen Harper à tout prix est donc la question de l'urne. Mais changer pour qui?

Le parti libéral de Justin Trudeau

S'il est facile de s'entendre sur l'objectif, ce l'est moins pour ce qui est de l'alternative. Au Québec, par exemple, nous avons tous en mémoire l'héritage du Parti libéral du Canada. Un héritage qui est parsemé d'attaques contre les droits du Québec comme nation. La Loi des mesures de guerre de 1970, le rapatriement unilatéral de la Constitution contre la volonté du Québec en 1982, le référendum de 1995 où le gouvernement du Canada n'a pas respecté les règles de notre Assemblée nationale et la Loi sur la clarté.

Sur le plan économique, on ne peut oublier les coupes sauvages de Paul Martin dans les transferts fédéraux aux provinces, coupes qui jouent aujourd'hui un rôle majeur dans nos problèmes budgétaires et qui se traduisent par le régime d'austérité du gouvernement du Québec. On ne peut oublier facilement le problème du déséquilibre fiscal.

Il est vrai que le Parti libéral de Justin Trudeau est un nouveau parti, a un nouveau leader, mais le discours entendu dans la présente campagne électorale n'a pas fourni la preuve que le parti n'est pas le même qui a bafoué les droits du Québec avec beaucoup d'arrogance. Par contre, Justin Trudeau a mené une excellente campagne et il a mérité notre estime. De tous les chefs en présence, c'est lui qui incarne le mieux le changement tant par ce qu'il est que par ce qu'il propose. Justin Trudeau apparaît donc comme un choix valable pour nous débarrasser du gouvernement Harper.

Le NPD de Thomas Mulcair

Le Nouveau parti démocratique et son chef ont mené une excellente campagne. Les propositions du NPD sont nettement à la faveur du monde ordinaire, comme le disait Jack Layton. Les engagements pris dans cette campagne en faveur des familles, des travailleurs et des femmes sont à l'honneur du NPD qui propose un véritable changement de paradigme aux Canadiennes et aux Canadiens.

Avec Tom Mulcair comme chef, le NPD a recentré son discours. Le discours étonnant de Mulcair sur l'importance de l'atteinte de l'équilibre budgétaire en est l'illustration la plus convaincante. D'autre part, le NPD n'a jamais été appelé à former le gouvernement du Canada. Cela peut être attrayant d'essayer du neuf pour les électeurs tannés des vieux partis bleus et rouges.

Où le bât blesse du point de vue québécois, c'est que le NPD apparaît encore comme le parti centralisateur par excellence. Son désir de contribuer au mieux-être des plus faibles et des plus pauvres l'amène à empiéter sur les responsabilités des provinces. Il y a bien sûr la Déclaration de Sherbrooke, qui reconnait le droit des provinces de se retirer sans condition et avec pleine compensation des initiatives fédérales, mais cela n'empêche pas de noter les velléités de ce parti d'empiéter dans le champ des responsabilités des provinces.

Thomas Mulcair a mené une excellente campagne et il a démontré la profondeur de ses convictions dans le faux débat sur le niqab. Il a accompli un travail impeccable comme chef de l'opposition. À ce titre, il mérite la confiance des électeurs non seulement du Québec, mais aussi du Canada. C'est un excellent choix pour remplacer Stephen Harper.

Le Bloc de Gilles Duceppe

Ceux qui me lisent régulièrement ne seront pas étonnés d'apprendre que le Bloc n'est pas un choix que je considère. Je ne suis pas souverainiste. Je trouve normal que les souverainistes votent pour le Bloc tout comme je trouve aussi dans l'ordre des choses qu'un fédéraliste ne vote pas pour le parti de Monsieur Duceppe.

Loin de moi l'idée de ne pas reconnaître l'immense talent politique de Gilles Duceppe. Si jamais le Bloc obtient un seul siège au Québec, ce sera à cause du brio de Gilles Duceppe. Néanmoins, nous n'en sommes plus là. Le Québec a besoin de participer pleinement à la fédération canadienne pour la faire évoluer. Le temps de l'obstruction et de la défense exclusive des intérêts du Québec sans tenir compte des besoins des autres régions du pays est révolu. Monsieur Duceppe et le Bloc ne sont pas une alternative valable de changement pour celles et ceux qui voient l'avenir du Québec au sein du Canada. Par contre, les souverainistes doivent voter pour le Bloc. Voter contre ses convictions fondamentales ce n'est pas un vote stratégique, c'est de la putasserie. Les souverainistes doivent voter pour le Bloc. Si Harper gagne, tant pis...

Le choix du 19 octobre

Le 19 octobre, nous devons choisir notre gouvernement. Nous sommes nombreux à vouloir nous débarrasser du gouvernement abominable de Stephen Harper et de ses valeurs rétrogrades par rapport aux nôtres, au Québec. Deux choix s'offrent à nous, le parti libéral de Justin Trudeau et le NPD de Tom Mulcair. Comme l'indiquent les sondages de la dernière fin de semaine, la lutte est serrée entre conservateurs et libéraux et le NPD semble avoir été abandonné en Ontario par de nombreux électeurs. Cela veut-il dire qu'il faille voter libéral pour battre Harper? Non. Cela signifie plutôt que quoique nous votions, nous aurons droit à un gouvernement minoritaire, ou libéral, ou conservateur. Ce qui nous permet de voter selon nos convictions ou nos préférences.

Je sais que c'est difficile de choisir. Voici les choix que je ferais dans les circonscriptions suivantes : dans Sherbrooke, Pierre-Luc Dusseault du NPD; dans Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau du parti de Justin Trudeau; dans Brome-Missiquoi, le libéral Denis Paradis; dans Richmond-Arthabaska, Myriam Beaulieu néo-démocrate et finalement dans Mégantic-L'Érable, Jean-François Delisle du parti de Thomas Mulcair.

L'important, c'est d'aller voter...

Mes choix sont liés à un mélange de convictions et de préférence. Votre choix devrait faire de même. Fiez-vous à votre instinct et à vos convictions. L'important, c'est que vous alliez voter. Et si vous ne gagnez pas votre élection, ce n'est pas grave. Il est fort probable que nous retournions voter d'ici 18 mois, ou même avant, car les Canadiens éliront un gouvernement minoritaire. La meilleure stratégie, c'est de voter pour vos convictions et vos préférences. Et si celles-ci vous amènent à voter vert ou pour un candidat indépendant comme Benoit Huberdeau dans Sherbrooke, allez-y! Faites-vous plaisir, mais votez... Décidez vous-même de la question de l'urne!


Entrepôt Chaussures Prix octobre 2019
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
S’unir ou se désunir!

S’unir ou se désunir!
Le fouillis de l’immigration

Le fouillis de l’immigration
NOS RECOMMANDATIONS
ARRESTATION - Leurre informatique

ARRESTATION - Leurre informatique
Un pipeline de gaz naturel en Estrie?

Un pipeline de gaz naturel en Estrie?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Badmofo Methods juin 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Cogeco 107.7 - automne 2019
 
Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 15 novembre 2019
Intervenant en conditionnement physique

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 14 novembre 2019
Le bail de logement au-delà du décès

Daniel Nadeau
Mercredi, 13 novembre 2019
Le fouillis de l’immigration

Sarah Beaudoin
Mardi, 12 novembre 2019
Ce qui se passe dans ma chambre à coucher

François Fouquet
Lundi, 11 novembre 2019
Une bière quand tout brasse autour

Jacinthe Dubé 4 novembre 2019
Hyundai Sherbrooke mai 2019
ATTITUDE s’installe à Sherbrooke, un investissement de plus de 15 millions de dollars Jeudi, 14 novembre 2019
ATTITUDE s’installe à Sherbrooke, un investissement de plus de 15 millions de dollars
Un pipeline de gaz naturel en Estrie? Vendredi, 15 novembre 2019
Un pipeline de gaz naturel en Estrie?
Ce qui se passe dans ma chambre à coucher Par Sarah Beaudoin Mardi, 12 novembre 2019
Ce qui se passe dans ma chambre à coucher
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous