magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Le SPS recherche un fraudeur qui gesticule beaucoup!
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 25 mai 2020

Le goût d’y croire



 Imprimer   Envoyer 

Nous vivrons un été de même. C'est-à-dire autrement. Pas comme prévu, probablement. Il n'y aura pas de grands rassemblements. Pas de spectacles à 450 personnes dans une salle qui est bâtie pour 400 ou on sait qui se parfume trop et qui n'utilise pas de déodorant.

C'est comme ça.

On va apprendre ensemble à se comporter avec un risque inhérent et nouveau qui nous entoure. Une patente microscopique. Tout petit. Bien présent. Ce n'est pas la nouveauté qui effraie. C'est que si on attrape la maladie que propage le virus, on se retrouve pas mal seul avec soi-même pour se défendre. Parce qu'on ne connaît pas bien l'ennemi. Pas encore, du moins.

Après le printemps, l'été ?

Le printemps froid et maussade que nous avons connu a semblé programmé par le bon sort, cette fois. Plus facile de rester confiné quand il fait froid, qu'il pleut et que rien n'est vraiment possible à l'agenda.

Mais l'été frappe un grand coup en s'installant un mois d'avance avec une dizaine de journées ensoleillées et chaudes consécutives! Pourtant, il sera officiellement appelé ainsi le 21 juin seulement!

Notre printemps maussade a permis, quand même, de mettre, dans bien des cas, les choses à niveau dans nos vies, dans nos petites rénovations, nos petits travaux qui attendaient qu'on ait enfin du temps!

Puis, les gens ont cuisiné comme rarement au cours des 20 dernières années! Médias sociaux aidant, on a vite compris, dans les chaumières, qu'on pouvait se débrouiller en temps de confinement. Cela est juste et bon!

Et vous savez quoi? J'ai le goût d'y croire! De croire qu'il y a une part d'enseignement dans tout ça! Qu'il y a une réflexion, si minimale soit-elle, derrière cet arrêt soudain de notre rythme de malade.

J'ai le goût de croire que la bonne humeur est plus payante que le gueulage. Mais là, ma foi est ébranlée, j'avoue.

Il y a des années que j'ai réalisé que la pire des affaires à faire, quand les choses ne vont pas exactement comme prévu, c'était de gueuler après le premier venu qui, souvent, n'est qu'un messager dans l'histoire.

J'ai le goût d'y croire, mais...

À l'épicerie, devant moi, le client s'impatiente. La question du jeune caissier était toute simple : « avez-vous la carte Air Miles? » Péter une coche en répondant à cela, c'est possible? Oui! « Criss, tu vois que je remplace l'emballeur parce que vous touchez pus à rien? Donne-moi deux minutes! » Il a fini sa phrase en marmonnant deux ou trois mots d'église. Il a répondu au « bonne journée" du jeune caissier par « Ben oui, c'est ça... »

Je sais, je sais, il se trouvera des gérants d'estrade et des avocats du diable pour défendre le client. C'est déprimant, mais il y en a pas mal, à part de ça! On a beau être à bout de la situation, tuer une mouche avec un bazooka est un peu intense. Et ça laisse plein d'effets collatéraux.

Achevant d'emballer mes trucs, quelques minutes plus tard, j'ai dit au caissier : « Ah! Oui, j'ai la carte Air Miles! » Le sourire que j'avais l'a visiblement soulagé d'un poids. « J'osais pas trop le demander! »

Je suis optimiste de nature.

J'ai le goût de croire qu'on essaiera de retrouver un équilibre dans nos vies. Qu'on fera l'apprentissage d'une manière différente de faire les choses. Qu'on changera des trucs en route. Parce se mettre dans un état pareil est tout sauf bon pour la personne elle-même et tout le monde autour.

J'ai le goût de croire qu'on respectera un peu plus la mouche et qu'on rangera, surtout, le bazooka!
Mais faudra que je sois patient, je crois bien...

Clin d'œil de la semaine

Apprentissage. Apprenti sage...


Écoloboutique juillet 2020
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le choix et le pas le choix

Le choix et le pas le choix
Des écarts qui font frissonner

Des écarts qui font frissonner
NOS RECOMMANDATIONS
Projet Ch. Rhéaume: Sherbrooke Citoyen veut s'assurer de la comformité du processus

Projet Ch. Rhéaume: Sherbrooke Citoyen veut s'assurer de la comformité du processus
Travailleuse de rang: semer le bien-être

Travailleuse de rang: semer le bien-être
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Boucherie du Terroir 2juillet2020
 
Alexis Jacques
Jeudi, 2 juillet 2020
Chronique en rappel - Agile âgisme

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 juillet 2020
Le pays qui refuse de naître

Jérôme Blais
Mercredi, 1 juillet 2020
La pression des mains

Nathalie Larocque
Mercredi, 1 juillet 2020
Chronique en rappel - Parcours scolaire parsemé d'étiquettes

François Fouquet
Lundi, 29 juin 2020
Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"

Jacinthe Dubé 5 juin20
Éditions de l'Homme - Mangez local
Une nouvelle piscine avec plage au Parc Centennial Mardi, 30 juin 2020
Une nouvelle piscine avec plage au Parc Centennial
La Maison du cinéma ouvrira ses portes le 3 juillet Mardi, 30 juin 2020
La Maison du cinéma ouvrira ses portes le 3 juillet
Disparition d'un octogénaire en Estrie Mardi, 30 juin 2020
Disparition d'un octogénaire en Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous