magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  La patrouille verte reprend du service
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
DÉCOUVERTES / Découvertes
Anita Lessard Par Anita Lessard

Dimanche, 8 mars 2020

Agricultrice et fière de l'être


Le dernier congrès général de l'UPA a été l'occasion d'échanger sur les enjeux que vivent ces femmes dans leur quotidien.

 Imprimer   Envoyer 
crédit photo: Pixabay

Le travail d'agriculteur est exigeant à tous les points de vue; physiquement, psychologiquement, et financièrement. Être une femme dans le milieu agricole apporte aussi son lot de défis particuliers.

L'organisation Agricultrices du Québec milite auprès des différentes instances décisionnelles depuis plus de 30 ans pour l'avancement des droits de leurs membres. Pour y arriver, les AQ ont choisi de se donner les moyens d'influencer le taux de féminisation des élues à l'Union des producteurs agricoles (UPA).

Le dernier congrès général de l'UPA a été l'occasion d'échanger sur les enjeux que vivent ces femmes dans leur quotidien. Une résolution déposée par les AQ, a été adoptée sur la place des femmes dans l'Union. Cette résolution demande notamment de mettre en place un comité de travail composé de la Fédération de la relève agricole du Québec et de la Confédération et des Agricultrices du Québec.

On veut d'abord promouvoir l'accès des femmes à des postes de direction et au conseil d'administration de l'Union des producteurs agricoles. Présentement le nombre de femmes occupant ce type de poste est de 13% seulement. On voudrait voir ce chiffre monter à 30% dans les prochaines années. « Pour nous ça voudrait dire atteindre un niveau de mixité, au lieu d'imposer la parité. On va travailler sur l'apport des opinions, le mélange des valeurs, des forces et des compétences », explique Mme Yolande Lemire, présidente de la section estrienne d'Agricultrices du Québec.

Dans la même veine, l'association a abordé la question de l'utilité d'avoir des femmes assignées à des postes de pouvoir dans une grande organisation comme l'UPA. « À quoi ça sert? Qui a le pouvoir? On a démystifié les différents types de pouvoir; le pouvoir coercitif, le pouvoir de la collaboration, le pouvoir de la connaissance, le pouvoir de la compétence. Tout cela ensemble fait que on est plus forts que si il n'y en a seulement qu'un qui gouverne sur tout », ajoute Mme Lemire, qui voudrait voir les femmes aller au bout de leurs ambitions.

Les discussions se sont ensuite tournées vers la compétence des femmes. Le manque de confiance que celles-ci ont en leurs moyens semble en décourager plusieurs de postuler pour tenir ce genre de rôle dans la structure. Devant ce constat, un programme de mentorat a été mis en place pour donner l'élan nécessaire à celles qui auraient un intérêt pour un poste dans la haute administration du syndicat représentant les agriculteurs et agricultrices du Québec.

Les difficultés de concilier le travail et la famille ont également soulevées. Les femmes acceptent encore trop souvent de se cantonner dans le rôle traditionnel d'éducatrice d'enfant pour s'extraire d'une implication soutenue dans leur syndicat. Le manque de temps, la charge de travail sur la ferme, le jeune âge des enfants, sont les obstacles les plus souvent cités par celles qui voudraient y participer. La question a été soulevée lors du congrès, démontrant la nécessité d'offrir des solutions flexibles pour une mère de famille. « Comment arriver à proposer aux couples des actions qui pourraient convenir aux deux? On demandait aux gens : Quelles seraient les aménagements qui seraient accessibles pour eux, et qui seraient aussi accessibles pour le conseil d'administration? », soulève Yolande Lemire.

Les mois et les années à venir seront déterminants pour que de tels changements soient acceptés et mis en place. L'effort devra se faire de façon collective et concertée pour que les agricultrices aient droit, elles aussi, d'amener l'UPA dans un chemin ouvert à tous et toutes.

 

 

 


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Réflexion sommaire sur les conséquences politiques de la COVID-19

Réflexion sommaire sur les conséquences politiques de la COVID-19
NOS RECOMMANDATIONS
Le goût d’y croire

Le goût d’y croire
Q&T Recherche dans la course au vaccin

Q&T Recherche dans la course au vaccin
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
 
Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 29 mai 2020
L’ABC de la nutrition à l’effort

Me Michel Joncas
Jeudi, 28 mai 2020
Coronavirus et libertés individuelles

Daniel Nadeau
Mercredi, 27 mai 2020
Le sens des mots : on ne sait jamais

Jérôme Blais
Mercredi, 27 mai 2020
Enfin nous avons une saison de golf!

François Fouquet
Lundi, 25 mai 2020
Le goût d’y croire

Astuces pour garder minou et pitou au frais Mardi, 26 mai 2020
Astuces pour garder minou et pitou au frais
Mesures assouplies aux écocentres de Sherbrooke Vendredi, 22 mai 2020
Mesures assouplies aux écocentres de Sherbrooke
Action Saint-François poursuit sa mission Par Anita Lessard Samedi, 23 mai 2020
Action Saint-François poursuit sa mission
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous